Santeria

Les relations entre l’Eglise et l’Etat cubain se développent dans un climat de compréhension mutuelle. La Révolution a confirmé que la véritable liberté de conscience n’est pas possible sans la séparation absolue de l’Eglise et de l’Etat et de l’Eglise et de l’école.

L'Etat et l'Eglise

Les relations entre l’Eglise et l’Etat cubain se développent dans un climat de compréhension mutuelle. La Révolution a confirmé que la véritable liberté de conscience n’est pas possible sans la séparation absolue de l’Eglise et de l’Etat et de l’Eglise et de l’école. Il estime que c’est là la garantie du libre exercice du rôle de chaque institution sans interférence.
 
D’une part, les institutions de l’Etat sont soustraites à l’influence de l’Eglise et de la religion, et de l’autre, les institutions religieuses se voient garantir les conditions nécessaires pour réaliser leurs activités, ce qui leur permet de jouer leur rôle auprès de leurs fidèles et de satisfaire ainsi leurs demandes spirituelles.
 
La liberté de conscience, c'est-à-dire, le droit des citoyens de pratiquer ou non une religion, d’assister au culte de leur choix ou d’être matérialistes ou athée, est ainsi garantie. D’autre part, la loi régit les activités des institutions religieuses : opposer la foi ou la croyance religieuse à la Révolution, à l’éducation, au devoir de travailler ou de défendre le pays, au respect dû aux symboles de la patrie et à d’autres devoirs établis par la Constitution est illégal et passible de sanction.
 
A Cuba, l’Eglise est propriétaire de nombreux lieux de culte, de bon nombre d’institutions d’aide sociale, des séminaires, des maisons de pasteurs et des résidences ecclésiastiques. Avant la crise économique actuelle, il n’était pas étonnant de voir l’Eglise assumer les frais de réparations très coûteuses de véritables monuments artistiques et historiques comme la Cathédrale de La Havane ou l’église du Saint Esprit ainsi que bien d’autres en province.
 
Diverses communautés religieuses masculines et féminines installées dans des monastères, des couvents, des instituts et des résidences, remplissent une mission pastorale et d’aide sociale.
 
Parmi les 22 communautés masculines figurent les Dominicains, les Jésuites, les Franciscains, les Piaristes, les Carmélites et les Capucins. Il y a des congrégations, comme celle des Petits Frères de Jésus qui se consacrent au travail social.
 
Parmi les 54 ordres féminins, on compte, entre autres, les Petites Sœurs des Frères pauvres, les Servantes de Marie, les Oblates Missionnaires, les Sœurs du Service Social et les Sœurs de la Charité de Saint Vincent de Paul.
 
Les relations entre les autorités religieuses et l’Etat cubain se sont renforcées ces dernières années.
 
Cuba est un pays laïc où il existe la liberté de culte. La religion la plus importante est la religion catholique.
 

La Religion Afrocubaine (Santeria)

Une bonne majorité de croyants pratique également la religion Afrocubaine.
 
En réalité un syncrétisme entre la religion catholique apportée à Cuba par les "conquistadores" espagnols et le culte Yoruba introduit par les esclaves africains, ont donné lieu à la Santeria ou Regla de Ocha, dont la figure principale est le Babalao.
 
Les esclaves ayant l'interdiction d'honorer leurs Dieux, les ont habilement dissimulés derrière les saints catholiques leur permettant ainsi de continuer à pratiquer leur religion à l'insu de leurs maîtres.
 
Les Orishas et les Saints chrétiens ont commencé à se mêler jusqu'à donner lieu à une fusion :
 
Orisha Saint chrétien équivalent Symbole Couleur
Ochún Vierge de la Caridad del Cobre Déesse des eaux douces. Belle mulâtre. Représente la sensualité, la féminité, l'amour, mais aussi l'infidélité .... Jaune ou l'Or
Chango Saint Barbe Dieu du feu (de l'éclair) et de la guerre mais aussi de la virilité, des infidélités et du pouvoir. Il est le dieu le plus vénéré à Cuba. Rouge et Blanc
Yemaya Vierge de Regla Déesse noire de la mer. Très vénérée, elle symbolise la maternité, la vie. Bleu
Obatalá Notre de Dame des Grâces Divinité de la Création. Dieu de la paix et de l'harmonie. Blanc
Elegguá Saint Antoine Le dieu des destins. Il ouvre le chemin ou les portes. Messager de tous les Orishas, il ouvre toutes les cérémonies. Il représente également le bien et le mal. Rouge et Noir
Orula Saint François d'Assise Il prédit l'avenir. Vert et Jaune
Ogun Saint Pierre Dieu du fer, de la sagesse, des montagnes. Il est solitaire, violent et astucieux. Vert, Noir et Violet.
Osún Saint François Dieu des connaissances réelles et transcendantes. Il surveille la tête des croyants. On l'associe à toutes les couleurs et il correspond à saint François.

 

Toutes les couleurs
Babalu Ayé Saint Lazare Divinité des maladies. Guérisseur Blanc et Bleu
Osain Saint Sylvestre Osain est le dieu de la nature. Il a un seul pied, une seule main, un seul œil, une grande et une petite oreille. Il est sorti de la terre tel un brin d'herbe. Dieu de la pharmaceutique par les plantes.

 

Vert

Sainte Patronne de Cuba : La Vierge de la Charité du Cuivre.

Elle est vêtue d'une cape jaune et porte dans ses bras l'enfant Jésus. La légende veut qu'un matin de 1608, trois pêcheurs dont le bateau était sur le point de chavirer dans la baie de Nipe aient découvert au milieu des vagues cette statuette de la vierge à l'enfant, avec une inscription qui disait "Je suis la Vierge de la Charité". On dit que leurs croyances religieuses et la foi qu'ils avaient en cette image leur ont permis de regagner la terre ferme et de sauver leur vie.